Un blog Travellerspoint

Argentine

sunny 15 °C
Voir TDM 2011 sur la carte de doudoupiment.

Une frontière de plus traversée sans encombre, nous voici à La Quiaca où nous nous faisons interpeller par un remis qui va dans notre direction immédiatement, parfait! A peine 15h et nous sommes déjà à Yavi où nous trouvons une petite auberge archi acceuillante chez un gars complètement cramé mais sympa: Mingo. Nous promenons dans les ruelles pavées, entre les maisons en pisé, la petite église et une ancienne hacienda fort sympatiques avant de monter admirer le coucher de soleil en buvant l'apéro dans le mirador de notre hôtel.
Le lendemain, nous louons des chevaux pour aller visiter les alentours et tenter d'aller à la laguna colorada et ses pétroglyphes. On perd vite patience, les chevaux sont lents, très lents, impossible de les faire trotter plus de 30 secondes d'affilées et pour ce qui est de les faire galoper, ça relève de l'utopie... Au bout d'une demi heure, on a parcouru quand même 2 km et au bout de 2h30 on a toujours rien trouvé de probant en ayant pourtant suivi à la lettre les explications de notre hôte, et on entamme le retour... On se consolle quand même avec les collines magnifiques qui nous entourent, les troupeaux de vicuñas, de moutons et de lamas que nous croisons (quand l'abruti de chien qui nous suit depuis hier ne les fait pas fuire en leur courant après) ainsi que les petites fermes de terre désertes parsemées sur le plateau.
Vue du plateau de Yavi

Vue du plateau de Yavi


Au bout de 5 heures en plein soleil, nous rentrons bredouilles et vermoulus, tirant nos chevaux qui ne veulent plus avancer et envore moins nous porter...
Le lendemain, toujours suivant les indications de notre hôte (et c'est peut-être là l'erreur...), nous nous dirigeons vers le canyon pour voir les peintures rupestres et la grotte du diable. On trouve 2 minuscules peintures sous un aplomb rocheux mais rien de transcendant et rien qui mérite l'apellation "grotte"... La ballade dans le canyon n'en est pas moins magnifique le long de la rivière et entre les parois parsemées de cactus... Jusqu'au moment où le chemin disparait et que nous nous trouvons devant un morceau de rivière que nous ne pouvons pas traverser, nous rebroussons donc chemin et suivons ce que nous pensons être des traces de pas et qui nous mènent au somment du cerro en remontant une cascadounette, de là nous arrivons à retrouver notre route vers le village.
Nous profitons de l'après-midi pour nous rendre à la laguna colorada en remis, qui suit le même chemin que celui qu'on a suivi la veille et nous arrête au point précis où nous avons fit demi tour. La laguna colorda est à sec en cette saison et les pétroglyphes sont délimités par des murs de pierre ressemblant à s'y méprendre à tous les enclos à chèvres de la région...
les cerros de Yavi

les cerros de Yavi


Au petit matin, nous retournons à La Quiaca d'où nous prenons un bus pour Humahuaca, petit village tout migno entouré de magnifiques montagnes colorées mais malheureusement envahie de bus de touristes...
Nous nous échappons en direction de Iruya où nous montons à l'assaut de la montagne pour observer de plus près les quelques condors qui plannent vers les falaises. Malgré les recommendations de l'office du tourisme qui nous dit que l'accès à San Juan ne se fait pas sans guides, nous prennons la route seuls, ou presque, une fois de plus nous sommes accompagnés par 2 chiens. Nous remontons la vallée peu intéressante qui mène à San Isidro, petit village perdu au confluent de deux vallées, puis continuons vers San Juan. Suivant les conseils d'une maman, nous ne prennons pas le chemin bien balisé qui serpente sur la montagne face à nous mais partons à la recherche d'un autre sentier, soit disant plus joli et plus facile... Au petit bonheur la chance, nous tombons sur un sentier de chèvres balisé au départ. Il croise des centaines de petits chemins aussi mal tracés et raides, en cailloux qui se dérobent sous nos pieds, pas franchement du genre facile... mais effectivement très joli avec sa vue sur la vallée et surtout la vue panoramique depuis le sommet.
Vue du haut des Andes

Vue du haut des Andes


De là, nous redescendons vers le petit village de San Juan que nous apercevons d'ici, ce qui nous prend tout de même encore plus d'une heure et demi. Arrivés au village, il nous faut demander notre route pour le retour, ce qui s'avère ardu, les gens se cachant sur notre passage, une chose est sure, ils ne voient pas souvent de touristes ici... La route du retour finit de nous épuiser et nous arrivons à Iruya à la tombée de la nuit, exténués mais contents, ca vallait le coup de tatonner un peu et de marcher toute la journée, les paysages étaient magnifiques; mille fois plus beau que la vallée d'Iruya elle même!
Nous continuons ensuite vers Tilcara où nous rencontrons une Zimbabweienne avec qui nous partons à la découverte de la Pukara et de la Garganta del diablo. Pour la petite histoire, elle a été nommée ainsi, bien sur en lien avec sa forme, mais aussi car selon la croyance populaire, le diable aurait l'habitude d'y apparaitre nous explique le gardien, qui prend tout de même la peine de me préciser que ça fait 20 ans qu'il vit ici, qu'il y a déja passé la nuit et qu'il ne l'a jamais vu...
Vue de la Garganta del Diablo

Vue de la Garganta del Diablo


Une petite étape à Purmamarca qui n'a rien perdu du charme de ses ruelles mais qui est envahit par des hordes de touristes et ses magasins d'"artisanat". La balade autour du cerro siete colores est mignone mais comparée aux autres paysages de la vallée, c'est presque fade... Cerise sur le gâteau, les Salinas Grande n'ont plus rien de salines, c'est devenu une mine de sel à ciel ouvert sans plus un seul espace vierge, le salar est raclé partout, creusé et plein de tas de sels, plus rien à voir avec ce que j'avais connu il a à peine 5ans... triste!
Reste que les photos kitsh (et c'est bien parce que notre remis a lourdement insisté!)
Salar Grande

Salar Grande


Nous relions Jujuy, ville grise et sans intérêt puis Salta avec ses rues animées et ses jolies places, mais c'est déjà trop grand et agité pour nous, on s'est bien fait à la tranquilité des campagnes et des montagnes, les villes ne sont plus franchement à notre goût!
Un batiment a Salta

Un batiment a Salta


24h de bus et nous voici déjà à la dernière étape de notre séjour en Argentine, les chutes d'Iguazu! Le parc est très agréable, garni d´oiseaux bleus, de tortues et surtout de coatis, les vues sur les chutes très variées et la garganta del diablo impressionnante; une fin de séjour plutôt réussie!
Les chutes d Iguazu

Les chutes d Iguazu


note: vous serrez surement surpris de ne pas m'avoir lue parler gastronomie, c'est normal, il n'y a rien à voir... La viande que nous avons mangé était chaque fois surgelée, bien tendre je l'accorde mais sans le moindre goût et le vin médiocre, pire, il nous a plusieurs fois retourné le bide... Et en dehors du boeuf, circulez, il n'y a rien à voir...

Posté par doudoupiment 10:41 Archivé dans Argentine

Envoyer cet articleFacebookStumbleUponRedditDel.icio.usIloho

Table des Matières

Soyez le premier à commenter cet article.

Les commentaires sur ce blog sont désormais fermés aux non-membres de Travellerspoint. Vous pouvez toujours laisser un commentaire si vous êtes un membre de Travellerspoint.

Entrez vos informations de connexion Travellerspoint ci-dessous

( Qu’est-ce que c’est ? )

Si vous n’êtes pas encore un membre de Travellerspoint, vous pouvez nous rejoindre gratuitement.

Rejoignez Travellerspoint